IRH Institut Rhonalpin : Spécialistes dans la Assistance Médicale à la Procréation ou AMP (Insémination intra-utérine à LYON, Fécondation in vitro à LYON ou FIV à LYON, avec ou sans ICSI à LYON)

Prendre RDV

La fertilité

Le bilan

// Le bilan

Les examens du bilan d'infertilité :
L’homme et la femme sont concernés par l’exploration de l’infertilité. De manière générale, après un examen clinique, le médecin prescrit au couple les examens les plus simples et les moins invasifs avant d’envisager des examens plus sophistiqués si nécessaire.

Examen concernant le couple :

Test de Hühner et examen de la glaire : test effectué après un rapport sexuel (aussi appelé test « post-coïtal »). C’est un des premiers examens à faire.Il est le plus simple et le moins invasif.
Au moment de l’ovulation, le col de l’utérus sécrète une substance transparente, la glaire cervicale, qui permet aux spermatozoïdes de remonter dans l’utérus. On prélève de la glaire au cours d’un examen gynécologique réalisé dans les six à douze heures qui suivent un rapport sexuel. L’objectif de cet examen est de s’assurer de la qualité de la glaire cervicale de la femme et de la pénétration des spermatozoïdes de l’homme dans celle-ci.


Examens concernant la femme
L’analyse de la durée et de la régularité des cycles menstruels de la femme permet à votre médecin d’évaluer la qualité de l’ovulation et ainsi de fixer les dates des examens à faire. Votre médecin pourra vous demander de réaliser une ou plusieurs courbes de température.

  • La prise de sang permet de mesurer les taux hormonaux. Votre médecin indiquera le jour du cycle où elle doit être réalisée. Elle permet de préciser certaines anomalies du fonctionnement ovarien.
  • L’échographie pelvienne est pratiquée habituellement par voie vaginale, vessie vide. C’est un examen indolore et sans risque particulier. Il permet de visualiser les ovaires et l’utérus.
  • L’hystérosalpingographie, permettant de visualiser la cavité utérine et les trompes, est un examen utile dans la plupart des cas. Elle peut être complétée ou remplacée par une hystéroscopie. Des antécédents d’infection ou d’autres pathologies peuvent avoir entraîné l’obstruction d’une ou deux trompes et leur altération, ce qui empêche la rencontre entre les gamètes et le cheminement de l’embryon. Des anomalies de la cavité utérine ou de l’endomètre sont aussi défavorables à l’implantation de l’embryon.
  • Des examens complémentaires pourront être prescrits dans certains cas (IRM, hystérosonographie, coelioscopie…).


Examens concernant l’homme
Avant toute chose, un point important à préciser : contrairement aux idées reçues, l’infertilité masculine n’a rien à voir avec l’impuissance sexuelle. Le premier examen à vous être proposé pourra être un examen andrologique.

  • Les analyses du sperme
    Le spermogramme est généralement prescrit dès le début du bilan. Le recueil de sperme est réalisé par masturbation au laboratoire pour éviter l’altération des spermatozoïdes pendant le transport.
    Avant le recueil, deux à cinq jours d’abstinence sont préférables. Il doit être réalisé à distance d’épisodes de fièvre ou de prises de médicaments pouvant interférer avec la spermatogenèse.
    L’analyse du sperme permet de connaître les caractéristiques des spermatozoïdes : leur nombre, leur mobilité, leur aspect (présence d’anomalies de la tête ou du flagelle du spermatozoïde). Des spermatozoïdes trop peu nombreux, trop peu mobiles ou d’aspect trop atypique auront du mal à cheminer dans l’utérus puis dans les trompes ou à pénétrer dans l’ovocyte au moment de la rencontre.
    Si des anomalies sont détectées sur un premier spermogramme, un deuxième est demandé entre deux mois et demi et trois mois après le premier test pour confirmer ou non les anomalies observées. La spermoculture permet de rechercher une éventuelle infection du sperme. Elle peut être répétée avant les tentatives d’assistance médicale à la procréation. Un test de migration et de survie des spermatozoïdes complète systématiquement le spermogramme avant la réalisation de l’assistance médicale à la procréation. Il permet parfois de mieux préciser des anomalies éventuelles du spermogramme. 
  • Les examens complémentaires
    Si les anomalies du spermogramme sont confirmées, des examens complémentaires sont prescrits : échographie des organes génitaux, dosages hormonaux, caryotype ou autres examens génétiques.

 

Nos résultats

En 2015, Institut Rhonalpin a
donné naissance à 522 bébés

+ de 10 000 enfants sont nés
grâce à l'Institut Rhonalpin depuis 1984

VOIR TOUS LES RESULTATS